rats.jpgtrad. de l'allemand Jean-Claude Mourlevat, éd. Pocket jeunesse, 314 p., 2011. 17.90 euros.

 

Daniel vit sur une île au-milieu d'autres enfants. Un orphelinat a effectivement été installée sur cette île des dizaines d'années auparavant afin de reccueillir orphelins, enfants non désirés... Des délinquants... y ont également été emmenés mais le calme semble maintenant y régner. Quelque peu coupée du monde, l'île prospère toutefois grâce à une pêcherie. Un soir, Daniel va voir trois hommes décharger de drôles de bidon sur une des plages... et va mener son enquête. Dans ses recherches, il tombera nez à nez avec des rats à la taille démesurée et au comportement étonnant. Que transportait ses hommes dans leurs tonneaux et quel avenir peut bien attendre ces enfants sur le continent ?

 

Un roman très riche d'un monde qui pourrait être le notre, où faire du profit devient la valeur la plus importante de nos existences. Autoritarisme, écologie, expériences médicales... autant de sujets abordés de manière très innovante dans ce roman. On est réellement happé par l'intrigue, on suit Daniel dans sa quête de liberté et de vérité jusqu'au dénouement final très ouvert et inattendu. Il ne faut pas forcément se battre contre des ennemis tous désignés, car trop différents de nous, mais apprendre à vivre ensemble pour mieux cerner d'où la menace vient.

L'écriture est très agréable, la traduction de Jean-Claude Mourlevat devant aider. Ceux qui aiment cet écrivain devrait sans nul doute apprécier le roman.

A découvrir et à conseiller.

Retour à l'accueil