paola crusoeéd. Glénat (Tchô ! ), 87 p., 2012. 14.95 euros.

 

Une jeune fille se réveille sur une plage de sable fin... entourée de crabes... un rêve ? Plutôt un cauchemar : celui d'une famille victime d'un naufrage et échouée sur une île déserte. Paola, son père et son frère se retrouvent en compagnie d'une jeune femme bien décidée à se sortir de là, alors que leur plus jeune soeur manque toujours à l'appel et que leur mère est restée sur le continent. Comment se sortir de cette île ?

 

En s'inspirant de Robinson Crusoé, dont l'héroïne a récupéré le nom, Mathilde Domecq crée une BD drôle, dynamique et très moderne. Les circonstances, dramatiques à la base, deviennent très vite supports de gags. Les situations qui pourraient sembler insurmontables sont ainsi tournées en dérision. Les querelles frères / soeurs... sont autant de supports qui permettent de donner un souffle léger à cette histoire. Si on peut trouver, de premier abord, que la famille ne semble pas tellement s'inquiéter de l'absence de la plus jeune soeur et de leur situation, certaines scènes plus touchantes et prenant chaque personnage à part, permettent de se rendre compte du mal être de nos héros 2.0.

Les illustrations très vives, modernes, un brin japonisantes et dynamiques sont tout à fait en adéquation avec le fonds.

Bref, une BD fort sympathique à découvrir dès le CM.

Retour à l'accueil