Ill. Lynda Corazza, chanteur Boris Vian, éd. Rouergue (La prochaine fois je vous le chanterai). 2007. 19.50 euros.

Pour ma deuxième participation au «  blogoclub », le thème était : « Lectures libres sur Boris Vian », j’ai d’abord eu peur, contourné le problème et me suis lancée dans la lecture de « J’irai cracher sur vos tombes », qui m’a laissé tout sauf indifférente… mais dont j’ai pensé que la place n’était peut-être pas sur ce blog et donc…
Petite plongée dans les étagèr-reu de la bibliothè-queu pour trouver ce CD de Vian édité p
ar les éditions du Rouergue et Radio France, il y’a de cela à peine deux ans. Le principe de la collection est simple : une chanson du répertoire français est mise en image par un illustrateur. À la fin du livre, on retrouve le CD et la-dite chanson. Allons-y pour "la complainte du progrès", drôle, dansante, chantante, rythmée et diablement actuelle ! Un petit rappel en ce qui concerne le contenu : lorsque la société de consommation entre dans les vies amoureuses… tout se complique et l’on en arrive vite à se disputer pour savoir à qui appartiennent le fameux « évier en fer-reu et mon poêle à mazout ».

Comme je le disais juste avant, la chanson n’a pas pris une ride et s’impose encore plus à nous par les temps qui courent. Le CD s’écoute encore et encore, enfants et adultes y trouveront leur compte ! En ce qui concerne le livre, c’est une réussite dans l’ensemble : les illustrations font penser à un magazine d’équipement en électroménager des 30 glorieuses et s’associent parfaitement avec le texte de Vian. Mais parlons-en justement du texte. Après avoir écouté le CD en suivant l’album : deux coquilles !!! En effet, le « bel aérateur pour bouffer les odeurs » chanté par Vian devient « le bel aspirateur pour bouffer les odeurs » sur le papier… et quelques pages après, mes oreilles entendent « et si la belle se montre encor rebelle » et mes yeux lisent : « et si la belle se montre encor cruelle »… J’ai cru un moment que mes yeux en voulaient à mes oreilles…mais que nenni ! Ca aurait pu être un sans faute et c’est la grosse boulette ! Quel dommage, peut-être ai-je raté quelque chose ?
Pour info, la collection est dirigée par Philippe Meyer et porte le nom de son émission musicale sur France Inter. Celui-ci a d’ailleurs rédigé une postface en fin d’ouvrage, plutôt sympathique mais qui ne s’adresse pas du tout aux enfants.

Je vais de mon côté me repasser le CD en regardant les illustrations de Lynda Corazza… et c’est déjà pas si mal !

Retour à l'accueil