éd. Actes sud (Babel), 1999. 6.5 euros.

Je me lance dans un club de lecture pour adultes : (je ne devais pas avoir assez de livres à lire... Je m'en rajoute !) le blogoclub. Pour la rentrée, le thème était : "Canada francophone". La tournée d'automne ne pouvait donc pas mieux tomber.
Un homme que l'on appelle "le chauffeur" conduit un bibliobus depuis Québec jusqu'à la côte nord. Seul, il envisage de faire cet été sa dernière tournée. Il revient sur les réseaux de lecture qu'il a mis en place, les livres qui l'ont marqué et ce paysage canadien si particulier qui montre un nouveau visage à chaque saison. Cette dernière tournée va cependant être marquée par la rencontre d'une troupe d'artistes : chanteurs, musiciens, acrobates... menée par Marie, une femme aux boucles grises dont notre héros va être incapable de se séparer.

Quel ennui ! J'ai lu rapidement ce roman (plutôt court d'ailleurs) sans en tirer grand chose. J'ai trouvé le chauffeur pompant, plein de bons sentiments et l'écriture d'une simplicité parfois exagérée :
"avec les personnes qui aimaient les chats, le chauffeur arrivait parfois à une sorte d'entente secrète, qui allait directement à l'essentiel ; c'était comme s'ils se connaissaient depuis toujours". Si vous aimez le Québec, vous serez certainement ravis : descriptions des paysages et de toutes les villes traversées, qui font plus de ce roman un guide de voyage. L'histoire d'amour est assez lente, peu expressive, on multiplie les baisers sur le front et les caresses du dos de la main... La répétition étant d'ailleurs très présente dans ce roman qui, sur peu de pages, a du mal à se renouveler (présence quotidienne de chats sous le camion, photo d'une librairie qui revient encore et toujours dans la discussion entre les deux personnages, le spectacle de la troupe maintes et maintes fois décrit...)
Non, vraiment, il n'y a rien à faire, je n'y ai pas pris plaisir. Peut-être sur mes vieux jours changerais-je d'avis, mais là non ! Et le catalogue de romans et autres extraits de chansons aimés par "le chauffeur" ont pour moi étaient le summum du nian-nian.
milles excuses aux amoureux de Jacques Poulin mais je le découvre avec ce titre et je suis plutôt... hermétique.
Retour à l'accueil